La figure centrale de Gabriel von Eisenstein est représenté avec brio par Volker Bengl. Le répertoire des Tenors recherchés après comprend plus de 70 rôles d'opéra et d'opérette. Sa femme Rosalinde, représentée par la soprano brillante prédisposé Monika Rebholz apparaît dans une robe verte magnifique avec un masque dans le deuxième acte sur scène. Au lieu de malade Elisabeth Artmeier est le rôle de servante Adele, ou Olga, pris dans le charmant opéra et opérette chanteur germano-croate globale Iva Schell (soprano).
L'intrigue est basée sur un acte de vengeance par le Dr Falke (Bernhard Spingler, baryton-basse), un ami de Eisenstein, pour une version antérieure subie dans une blague embarrassante de l'humeur festive. Il attire l'ami à une boule scintillante de riche magnat russe prince Orlofsky (Merit Ostermann, mezzo-soprano). Plongée sous-marine, il entre autres la femme de chambre Adele comme l'artiste souhaite "Olga" dans, aussi le gardien Frank (Oliver Weidinger, baryton-basse), le jeune «artiste» comme «assume» elle. Adele danser dans une robe de soirée de Rosalind alors qu'ils tournent incognito hongrois masqués "apparaît" comtesse.

Warden Frank pris en avance sur la balle à la maison de Eisenstein l'amant de Rosalinde, Alfred (Harrie van der Plas, ténor), en confondant le propriétaire Gabriel, et le mit en prison. arrivé à la fête du prince Orlofsky alors la confusion et des ajustements - et surtout la tentative de séduction de Rosalinde masquée par son mari Gabriel. Un défi particulier pour l'orchestre est l'ouverture, qui est l'une des plus grandes créations de Johann Strauss.
L'action parfois chaotique se caractérise par des airs très entraînants robe noire et blanche pas chere, comme au début: "colombe, qui est entflattert" (Alfred et Adele), le trio "Donc seul dois-je rester" (Rosalinde, Adele et Gabriel) et la finale de la première acte "boisson, ma chérie, boire rapidement - boire rend ses yeux la lumière!» (Alfred, Rosalinde et Frank).
Dans le second acte est tout au sujet de la balle étincelante: «Je tiens à inviter mes clients, 'Tis temps avec moi si la coutume», le Csardas aria Rosalinde "Sounds of the Motherland" et la chanson de champagne "Dans la puissance de feu des vignes "(Orlofsky et tout), la chanson de valse" Mein Herr Marquis ... "sont forts absolus, qui ont été interprétées par les solistes brillants.
La finale du second acte dans le canon de tout l'ensemble avec "petit frère et soeur - nous voulons tous être" suivi par le refrain «Ce fut seulement un baiser, et puis vous ..." pour remplacer un tourbillonnant waltzes chantantes et tout son subjugue.

Le troisième et dernier acte de l'opérette est musicalement un peu plus mince appliquée. L'objectif initial est de la prison-scène avec la permanence ivre grenouille serviteur de prison, représentée par Günter Schulzke qui apporte le rire le public avec boutades actuels.